Angoisse de la surconsommation #2 : Noël

Lors de mon premier article sur l’angoisse de la surconsommation, j’essayais de vous expliquer le sentiment qui restait coincé quelque part en moi. Cette angoisse refait surface à l’approche des fêtes de fin d’année. Je me force à voir la magie de Noël, mais cette année, les lumières sont biens ternes dans mes yeux. Face à cette montagne informe de nourriture qui m’attend, c’est dur… Pour vous aussi c’est dur la surconsommation de fin d’année ? Et si on s’apaisait, ensemble ?

 

Candy Cane Surconsommation
Image : Tante Tati

Pourquoi j’angoisse ?

Trop consommer m’a toujours fait peur. Avant (bien avant), c’était parce que je voyais mon budget fondre comme neige au soleil en ayant quasiment rien de tout ce que je voulais. A présent, j’angoisse de trop consommer, de ternir la planète, de ne pas lui rendre tout ce qu’elle me donne. Et puis en ce moment, j’angoisse encore plus à l’approche de Noël car j’ai un défi habitude qui vient juste de démarrer : manger à ma faim.

Vous avez peut-être suivi mes articles sur l’hyperphagie. Rentrer à Orléans n’a pas totalement changé la donne, il ne suffisait pas d’un bisou de Chéri tous les soirs pour me calmer. En soi, ça ne devrait pas être très difficile de suivre mon défi avec la petite méthode que je me suis créée (je vous mettrais le document sur ma page Facebook rapidement). Mais…

Mais il y a toujours quelqu’un pour vous dire de reprendre une part de gâteau, de finir le plat, qu’on prendra bien un petit dessert. Alors en ce moment, c’est encore pire : j’imagine déjà chocolat, viande, saumon, foie gras, pâtisseries, le tout en nombre abominable pour mon petit corps. La période n’a même pas encore commencé que pas plus tard que dimanche, ma grand s’offusquait que je refuse de manger une tranche de saumon fumé. Vais-je devoir m’affirmer végétarienne et anti-sucre (alors que ce n’est pas vrai) pour avoir la paix et le droit de mettre dans mon corps ce que je veux ?

Me calmer

Le soir de ce petit incident, Chéri est revenu de chez ses parents : gâteaux, gâteaux, gâteaux… en soi, c’est gentil et j’avoue avoir plutôt apprécié une part de pain d’épices. Mais la veille de mon défi habitude, c’en était trop ! J’ai angoissé une bonne partie de la nuit sans pouvoir fermer l’œil.

En soi c’est une bonne nouvelle que j’angoisse comme cela. Oui, oui, je dis bien une bonne nouvelle car c’est que c’est important pour moi, que ça a une grande valeur. La dernière très grosse angoisse en date c’était pour mon rapport de stage de fin d’étude ! Alors si j’angoisse tellement, c’est que j’ai envie que mon défi réussisse et de manière générale, j’ai vraiment envie de respecter mon corps et de ne plus lui faire subir de mauvaises choses.

Il faut que j’apprenne à me calmer quand même, car des situations comme ça, j’en rencontrerai des milliers d’ici la fin de ma vie (j’espère, ça veut dire que je vivrai longtemps). Et puis, mes crises hyperphagiques sont la résultante d’une angoisse. Je ne vous fais pas de dessin, c’est un cercle vicieux…

J’ai un petit plan pour me sortir de ces situations. Ce qui est drôle, c’est que je m’en suis rendue compte dimanche nuit. Je savais pertinemment ce que je devais faire : respirer ! Me dire que c’est normal d’avoir peur mais que je suis forte et courageuse et que je saurai réussir cette épreuve. Je suis encore tomber dans le panneau sans réussir à utiliser mes outils, mais cette fois-ci, je sais que j’ai des outils à ma disposition !

Je pense qu’en étant calme et sereine face à « mes choix vs les autres », j’arriverai mieux à communiquer et à faire comprendre ma démarche. De là, j’espère que « les autres » respecteront « mes choix ».

Être un phare de sobriété heureuse

Cela pourrait vous paraître prétentieux. J’ai envie d’être un phare pour les autres, pour vous. Vous dire que certes je ne suis pas parfaite, mais que le chemin à suivre n’est plus celui de la grande consommation de masse. D’après moi, le chemin à suivre est composé de petits bonheurs quotidiens, qui viennent de trois fois rien. Prétentieux, pas tant que ça. Tout le monde peut être le phare de quelqu’un d’autre, dans n’importe quel domaine.

En ayant un comportement sur la défensive, je ne peux pas être un phare. Alors avec la sérénité acquise juste avant, je vais simplement faire ce que j’ai à faire, sans bruit et sans éclat. Et si je vous inspire, n’hésitez pas à me solliciter, je serai ravie de vous répondre.

Ces deux derniers paragraphes pourraient bien voir naître un petit frère pour accompagner mes cadeaux de Noël. Des cadeaux sobres, minimalistes… (mode bisounours : on… oh ! retrouverais-je l’étincelle de Noël dans mes yeux ?).

Gandhi a dit « incarnez le changement que vous voulez voir chez les autres ». Alors j’incarnerai le changement que je veux voir chez mon Chéri, mes parents, mes proches, bref, tous ceux que j’aime.

 

Ici j’ai beaucoup parlé d’alimentation mais la surconsommation de Noël ne sera pas seulement alimentaire. Je n’hésiterai pas à refuser tout cadeau qui me semblera superflu, inutile, encombrant. Tout cadeau qui ne me respectera pas. J’espère ne froisser personne. J’espère sincèrement que j’arriverai à faire passer le message, mon souhait d’une bien meilleure qualité de vie. Mon souhait de me défaire des chaînes de la liberté de consommation.

 

Ai-je réussi à être un phare pour vous ?
Ai-je réussi ne serait-ce qu’à planter une petite graine ?
Ou bien est-ce que je prêche des convaincus ?
Dîtes-moi tout en commentaire !

 

Et n’hésitez pas à vous abonner à ma page Facebook pour avoir mon plan pour calmer les crises ou tout simplement pour suivre l’actualité du blog !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s