Dépasser ses peurs #1

La peur m’immobilise. J’ai envie de sortir de cette immobilité. J’ai envie de faire plein de choses bien. Bien pour moi, bien pour les autres, bien pour le bonheur. Mais je suis paralysée, prostrée par la peur. Parfois je réussis à la surmonter mais ça ne dure jamais très longtemps. Mais aujourd’hui j’en ai marre. Je vais donc démarrer une série d’article sur comment dépasser ses peurs.

se-libérer-de-ses-émotions-2

Voyez ici que je n’utilise pas le mot vaincre car la peur est un processus normal, vivant. Vouloir vaincre ses peurs c’est, d’après moi, comme vouloir se vaincre soi-même. Mais quand la peur est trop présente, il faut essayer de se remuer quand même, car ce n’est pas en restant cloîtré dans notre terrier que nous allons vivre une belle vie.

Le plus dur ici est de faire les choses pas à pas. Oui les échéances sont proches et on réagit peut-être un peu trop tard. Mais ce n’est pas grave si nous échouons cette fois-ci car nous allons accumuler de l’expérience pour plus tard.

Première semaine : marcher cinq minute par jour

Cette semaine, j’ai testé « marcher cinq minutes par jour minimum ».

Puisque immobilité il y a, voici un bon exercice. Mettre le corps en mouvement permet de faire circuler l’énergie en nous. Les jours où on n’a pas besoin de sortir, s’engager à faire le tour du pâté de maison permet de ne pas rester prostré sur son canapé. Si les trajets domicile-travail se font en voiture, il est peu probable qu’on aligne 5 minutes de marche dehors. Une solution est de profiter de sa pause du midi pour faire un tour. Ou bien le soir plutôt que de rentrer directement chez soi on fait un tour. Et avec le début de la circulation d’énergie, on se rend compte que le corps réclame un peu plus. On peut alors faire une promenade plus grande, faire un peu de sport, d’activité physique. Dix ou vingt minutes suffisent amplement. Rien de démesuré, il ne faudrait pas se fatiguer et garder le souvenir que « c’est dur », « j’ai pas le temps » et autres excuses habituelles.

Bref, le but ici est de se réhabituer à une vie qui bouge avant de regarder ses peurs en face. C’est ce que j’ai fait cette semaine et ça a plutôt bien marché. Je me sens beaucoup mieux malgré le stress ambiant. La semaine prochaine, on s’occupera toujours du corps, mais côté alimentation.

Publicités

Un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s