Et puis Paris

Samedi matin, avant le petit déjeuner. Mon copain consulte Facebook, comme toujours. Ce qui m’énerve toujours au plus haut point, le monde n’a pas pu arrêter de tourner durant la nuit…

Et puis Paris.

parisC’est le genre de nouvelle dont je me protège. C’est peut-être égoïste au vue des milliers de messages pleurant, compatissant, mourant…  Je m’en détache rapidement, mais on fait un câlin quand même…

*******************************************************

Sers-moi fort, et rien ne nous atteindra

Sers-moi fort, tu étais à Massy

Sers-moi fort, ils auraient pu y être aussi

Sers-moi fort, je sens la colère qui gronde

Sers-moi fort, mon petit cœur a peur

Sers-moi fort, toujours

*******************************************************

Je me suis sentie coupable de ne pas être devant le Beffroi d’Arras à midi. Mais j’ai eu si peur de toute cette émotion, j’ai eu si peur d’être envahie, si peur d’être meurtrie…

Sous le ciel de Paris – Edith Piaf

Dans le fil d’actu du samedi matin, il y avait aussi la photo d’un beau bébé qui venait de naître…

Je garde espoir…

Mon article devait s’arrêter là. Sur cette note d’espoir. Jusqu’à ce que ma Maman m’apprenne que le marché de Noël d’une petite ville près d’Orléans a été annulé. Encore une fois, je sens la colère monter. D’autant plus que j’ai vu une magnifique pièce de la Compagnie La Belle Histoire, « Un fusil à la main », une pièce sur la guerre de 14-18 qui m’a fait pleurer tellement elle était émouvante. Tellement les acteurs étaient superbe. Une pièce qui s’est jouée quand même. J’ai dû ouvrir mon manteau, mon sac, montrer patte blanche pour entrer. J’ai souris au vigile, qui devait avoir froid dehors. Mais la pièce a eu lieu quand même, la culture en résistance… J’écris ce texte pour dire que nous sommes encore en vie, j’écris ce texte parce que…

*******************************************************

Je n’aime pas la psychose

Je veux de la vie

Des sourires de Noël

Et des guirlandes

Des bisous et des chichis

De l’amour et de la tendresse,

Du Nutella s’il le faut

(et pourtant je haïs le Nutella)

Mais merde, pas la psychose

Ça fait trop mal de vivre replié sur soi,

A attendre une hypothétique amélioration

J’ai trop connu ça pour voir Mon Pays faire pareil.

Merde !

Je veux juste de l’espoir

*******************************************************

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s